A chacun sa rentrée scolaire !

A chacun sa rentrée scolaire !

Cette semaine beaucoup d’élèves à travers le Cameroun reprendront le chemin de l’école. Cette opération ne concerne pas seulement les jeunes de l’enseignement primaire ou du secondaire, chacun a sa « rentrée scolaire » qui n’est en rien pareille à celle d’un autre. Incursion dans la peau des personnages !

La rentrée du “Petit écolier”

« Je m’appelle Pitou B., Pit pour les intimes. J’ai bien passé mes vacances, j’ai refusé d’aller au village pour saluer mes grands-parents parce que je voulais rester en ville pour continuer à voir les dessins animés sur Tiji, Cartoon Network, Mangas… Je vais apprendre ma langue maternelle les vacances prochaines. Au fait si j’y pense bien, j’ai dit la même chose il y’a deux ans.

Cette année je suis dans la classe de CE1. Je ne vais pas voler les crayons de mes camarades comme ce fut le cas les autres années, je ne tricherais pas non plus. Papa m’a dit que c’est mal, il dit aussi que je peux juste regarder sur la copie de mon voisin de table discrètement, c’est de l’emprunt dit-il. Cette rentrée sera formidable, même si c’est seulement pour le pain que maman tartine chaque matin. Je croise les doigts et espère que la dame de la cantine ne va plus nous servir de l’eau de vaisselle comme sauce d’arachide à midi. Je vais aussi demander à maman de mettre beaucoup de piment dans mon goûter, comme ça la maîtresse ne va plus couper la moitié de mon pain».

Des élèves dans une salle de classe
Des élèves dans une salle de classe

La rentrée de la Lycéenne

« Vanessa T. tel est mon nom. Je réintègre les bancs cette année après un long combat contre certaines forces obscures tapies au sein de l’appareil mafieux de l’Etat. Bon je n’ai pas vraiment gagné, mais je n’ai pas perdu non plus. Bref là n’est pas le débat. Je viens ici pour parler de ma rentrée scolaire. J’ai eu beaucoup de cahiers de mes sponsors, mes soutiens. Mes dragueurs ont payé ma scolarité jusqu’au moindre frais. Ma mère fera les courses avec le reste d’argent. Promis, cette année je ne vais pas regarder les chaussures des plus belles filles de la classe pour les envier.

Cette année, je ne vais plus aller dans le bureau du surveillant général pour nettoyer toute seule. L’an passé, il a profité et fermé la porte derrière moi. Humm, la suite, je ne raconte pas ! Non plus, je ne ferais pas comme le fils du ministre qui venait à l’école avec son téléphone portable sans autorisation. Je négocierais directement avec le surveillant de secteur, je sais que j’ai les arguments naturels pour le convaincre. »

Un professeur en action
Un professeur en action

La rentrée du Prof !

« Mes parents me nommèrent à la naissance Xavier T. Mes collègues m’appellent Professeur Xavier. Je vadrouille dans cet établissement scolaire depuis deux semaines. Les herbes qui salissent mes chaussures me rappellent que cette année sera comme les autres. Je n’ai pas mis à jour mes fiches de cours. Et puis quoi encore ? Qui s’en rendra compte ? J’utilise les mêmes fiches depuis douze ans bientôt. L’inspecteur de mon département ne visite jamais les salles de cours, il ne vérifie pas la qualité, ni le contenu de ce que nous donnons aux enfants. Une lacune que toutes les générations d’enseignants avant moi ont exploitée. Personne ne fait son travail comme il faut, pourquoi je serais le premier ? En tout cas, quand je faisais même d’abord le concours de l’Ecole Normale des Enseignants, c’est oncle Ben’s qui avait insisté, je n’étais pas pour.

Cette semaine, je vais faire le repérage des jolies petites que je vais draguer au cours de l’année. Si elles sont enceintes pendant l’année, je demande l’affectation, mon tonton appuie mon dossier et je quitte la ville. L’avenir de celle enceinte ? Pfffff !!!!

La rentrée du directeur d’école

« Bon Dieu de bonsoir !!! Qu’est ce que je lis dans la presse ? Que le Ministre des enseignements secondaires bloque les nominations des proviseurs dans les établissements ? Heureusement je suis déjà passé à la trappe. Les collègues qui ne veulent pas bien monnayer pour être nommé à la tête d’une école ne savent pas ce qu’ils ratent. Moi, Tagne P., j’ai construit ma maison au village rien qu’avec les dérivés de la rentrée scolaire. J’ai demandé à repeindre tous les murs du lycée, c’est les murs de chez moi qui ont changé de couleur. J’ai constaté par la même occasion que les bois destinés à la confection de nouveaux tables bancs font de belles charpentes sur mon toit. Le reste d’ardoisine que j’ai acheté l’an passé va servir pour cette année et ne sera pas déduit du budget. La somme initiée pour ça va filer droit dans mes poches.

La vie de directeur d’école est si facile. C’est en chaque début de rentrée le couloir ouvert pour que nos problèmes de famille se règlent tout seul. Le même Ministre-là demande quarante élèves par classe ? Il sort d’où avec la malchance ? J’inscris quarante élèves officiellement sur les listes de recrutement, en salle de classe on retrouve 144. Chaque nouvel élève vient avec son banc, une boite de craie, une rame de format-je veux ouvrir même une Papeterie d’ici ma fin d’année- et la somme de 50 mille F cfa. Le dossier n’est pas difficile à composer. En même temps, le prix des frais de salle d’informatique, les frais d’APE…me permettront de lancer le boucaro de ma villa. Les parents dans les zones rurales peuvent directement régler en sac de cacao/café, régime de plantain-banane ou animaux domestiques d’élevage (Chèvres, moutons, poules…) »

La rentrée de l’employé de bureau

« Mon nom est Ngomma C. Par déformation, les collègues m’ont appelé Ngomena, et depuis c’est resté. Je suis Chef de service au ministère. La rentrée est l’occasion pour moi de me faciliter la tâche avec ma voiture de service. Avec mon immatriculation CA (Corps Administratifs) j’ai fait les navettes entre mon village et la ville, transportant les denrées alimentaires. C’est vrai que ça a du bon de circuler sans être interpellé même les dimanches. Je ne vais pas m’arrêter en route, oh que non ! Cette année, j’accompagnerais mes enfants à l’école avec ma voiture avant d’aller au travail. Ce n’est pas ma voiture personnelle, avec les bons de carburants que j’ai, je peux me payer le luxe d’aller d’abord déposer les enfants.

Au bureau, ça bouge dans tous les sens. Les dossiers d’avancement en grade des enseignants, des personnels et autres passent sous ma main. Et comment que je m’assieds dessus ! De 300 mille F cfa à 500 mille F cfa pour ne pas être affecté, les prix ne sont pas affichés mais les habitués connaissent. Je dois bien payer la pension de mes enfants. »

La rentrée des parents

« Je fais partie des parents "consciencieux", qui ayant pris leur salaire de fonctionnaire un mois avant le début des classes, ont foncé tout droit dans les kiosques de Parifoot, Pmuc, SuperLoto, ScoreBet, PremierGame... Au lieu de venir payer la pension des enfants. Il est toujours mieux de multiplier le salaire mensuel en deux en jouant les jeux du hasard. Je suis Donatien K., je travaille dur pour gagner mon argent. Les économies ce n’est pas mon affaire. Toutes les rentrées scolaires me surprennent toujours. A peine les enfants sont rentrés en vacances que voilà revenu le temps de les inscrire. L’an passé j’ai d’abord achevé la scolarité de Nathalie K., première du nom, à un mois de la fin d’année. Et c’est même parce qu’elle était dans une classe d’examen (elle avait lamentablement réussit à échouer là où tous ses amis passaient).

Oui la rentrée me surprend toujours, les livres changent du jour au lendemain. Je dois toujours acheter de nouveaux. Jusqu’à 70 mille F cfa pour les livres seulement ? Et le prix exorbitant des cahiers et autres fournitures scolaires…vous ne pouvez pas baisser les prix pardon ? A notre époque, les mêmes cahiers avec la même pagination coutait 75 Fcfa aujourd’hui on en est à 750 F cfa. En tout cas, à cette allure, je vais payer la pension seulement à la récolte des cacaos. Si les gens dans les lycées acceptent les avances, je suis preneur. Allez, mon enfant va devoir commencer d’abord avec les cahiers de l’an passé. »

Le tour d’horizon est fait, vous aussi complétez et décrivez votre rentrée scolaire en commentaires.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
kakus © 2017 -  Hébergé par Overblog